Dans son premier roman, Le bateau blanc, publié en février 2024, Xavier Bouvet fait revivre une page tragique et méconnue de l’histoire estonienne.

En septembre 1944, les Allemands fuient l’Estonie qu’ils occupaient depuis trois ans, tandis que l’Union soviétique s’apprête à envahir de nouveau le petit État balte. Quelques Estoniens tentent de s’infiltrer dans cet interstice pour former un gouvernement indépendant et restaurer la République. Ils n’ont que quelques jours pour réaliser cette mission ; un navire envoyé par la résistance en exil doit les sauver de la descente du rideau de fer.
À leur tête, l’avocat Otto Tief, retiré de la vie politique depuis dix ans, soucieux d’accomplir son devoir et de retrouver sa famille à Stockholm. Tief s’engage aux côtés de son ami Jüri Uluots, dernier Premier ministre d’une République condamnée par l’Union soviétique de Molotov et de Staline. Autour d’eux cheminent la poétesse Marie Under, prise au piège d’une capitale assiégée, et tous les destins soumis aux décisions impossibles, aux renoncements et au déracinement.
Captivé par le silence entourant ces événements, Xavier Bouvet a souhaité raconter le sursaut des individus face à l’irruption de la violence et de l’inexorable, et décrire les résonances intimes du fracas de l’Histoire. Il compose une fresque haletante, dont on achève la lecture le cœur serré.

Né en 1984 à Metz, Xavier Bouvet a étudié l’histoire et la communication à Leipzig puis Paris. Investi ces dernières années dans la vie municipale messine, il vit aujourd’hui à Tallinn. Le bateau blanc est fruit d’un intérêt ancien pour l’Estonie et de trois ans de documentation.

L’auteur présentera son roman à l’Institut français d’Estonie (Tallinn), le lundi 19 février 2024 à 18h00.