« Une estonienne à Paris » ou la rencontre de deux solitudes

« Tu veux me faire manger du plastique ? Un vrai croissant, ça s’achète dans une boulangerie et pas dans un supermarché, il ne t’a pas dit ça, Stéphane ? » Ainsi commence le premier véritable échange entre la Parisienne d’Estonie Frida et son aide-soignante Anne, arrivée tout droit d’Estonie. L’élégante Frida, incarnée par une Jeanne Moreau toujours aussi fascinante, reproche à Anne, pleine de bonne volonté, de ne pas connaître les coutumes françaises. Dépaysement, solitude, société capitaliste, que de mots pour qualifier ce film intimiste et social d’Ilmar Raag. Le deuxième long-métrage du jeune réalisateur estonien, s’éloignant significativement du thème de la...

Lire